Génération Soul Disco Funk est diffusée sur Shoutcast et monétisée par Targetspot depuis de nombreuses années. Cette radio au concept bien affirmé, mais à la playlist presque infinie, existe depuis 15 ans. Nous avons rencontré son fondateur Pascal Vile et son CEO Philippe Esquirol.

Bonjour Pascal, bonjour Philippe, pouvez-vous me rappeler le concept de Génération Soul Disco Funk ?
Pascal Vile : « L’idée était de créer une radio avec une forte empreinte orientée sur les musiques disco et funk dans l’esprit de « Funky Cops » (la série télévisée d’animation franco-américaine diffusée de 2002 à 2004). Par la suite, et parce qu’elle était incontournable, la soul est venu enrichir le concept de base. »

Racontez-nous l’histoire de la radio…

PV : « Cette radio a vu le jour en 2005 suite au lancement d’une émission de radio le samedi soir sur une FM locale. C’était le tout début des Radio IP et j’ai rapidement fait l’association d’idées… et puis j’aime la Soul/Disco/Funk c’est ma drogue !

Génération Soul Disco Funk Radio

Qui compose l’équipe aujourd’hui et comment est organisé le travail ?
PE : « En fait il y a deux groupes. Car il fallait un statut juridique pour sécuriser cette radio. Il y a donc l’association Génération Stream (Éditrice de Génération Soul Disco Funk Radio) et  son équipe : Pascal, Sabine, Christine et moi. Avec les fonctions types d’une association (président, vice-président, secrétaire et trésorier).
Ensuite il y a l’équipe à l’antenne que je dirige avec nos DJs « résidents » qui réalisent et animent leurs shows uniquement pour notre radio : Christian & Nico (France), Pierre M et DJ Hamz (France), Séb The Soulfingers (France), DJ Nedo (Italie), Clever DJ (Brésil), DJ LBZ (France), Dedo Dee Jay (Italie), JCK (France), Bob Rasovsky (France) et Sergio (France).

Qu’est-ce qui fait la force de cette radio selon vous ?
PE : sa diversité avec environ 8000 titres en diffusion des 60’s à aujourd’hui et la qualité de notre son. Notre radio est très loin des « juke-boxs » au nombre de titres limité que l’on peut écouter sur le web… Ça fait partie des retours que nous avons de nos auditeurs et de certains professionnels de la radio avec lesquels nous entretenons des contacts. C’est la force de frappe qui marque notre différence.

Comment l’audience s’est-elle construite au fil des années ?
PE : Pour l’audience, il n’y a pas de secret. Il faut que la radio soit de qualité et développée avec une très grande rigueur, que ce soit sur la sélection des titres diffusés, sur le type de fichier utilisé, sur le traitement de son et la technique côté streaming. Il faut également un bon suivi du référencement qui est fait sur les moteurs de recherche et sur les sites ou plateformes « annuaires de radios ».

Parlons du programme musical ? Pourquoi ce choix soul disco funk ?
PV : « Nous sommes des nostalgiques de cette époque !
PE : « Et puis parce que ce sont des sources inépuisables. Tous les jours nous découvrons ou redécouvrons des nouveaux titres ou des titres totalement oubliés.

Comment la radio est-elle diffusée ? 
PE : Depuis plusieurs années, nous sommes quasiment « souverains » sur notre diffusion. Nous utilisons/administrons un Shoutcast server que nous avons installé sur un serveur dédié hébergé dans un data-center français que nous gérons nous-même (Linux est notre Ami…).

Quel système d’automation utilisez-vous ?
PE : Depuis 10 ans, nous utilisons Station Playlist. Installé sur un serveur dédié dans le même data-server. On limite ainsi les problèmes techniques.

Faites-vous du live ?
PE : Oui. Tous les dimanches soir depuis plusieurs années, il y a « Funky Session » l’émission live de Christian & Nico. Le lundi soir, il y a « Under The Groove » l’émission de Pierre M et DJ Hamz (en standby actuellement).
Nos DJs savent qu’à tout moment il est possible pour eux de réaliser leurs émissions en live.
D’ailleurs, nous avons profité du 1er confinement en mars pour réaliser ce type d’événement. Tous les vendredi en fin de journée, DJ LBZ réalisait une émission en live, mixée et animée et Christian en réalisait une autre le mardi en plus du dimanche.

Comment monétisez-vous la radio ?
PV : Depuis plusieurs années, nous sommes en contrat avec Targetspot et en complément nous utilisons Google Adsense sur le site.

Et pour finir, vous nous parlez un peu de vous ?
Nous sommes basés en Essonne en région parisienne.
PE : j’ai 49 ans et je suis passionné de musiques et de radios depuis toujours. L’informatique, internet et le webmastering s’y sont ajoutés depuis environ 20 ans. Avant de rejoindre Pascal sur Génération Soul Disco Funk en 2006, j’ai fondé et dirigé Maxxima, une radio digitale basée en Suisse depuis 2003.
PV : pour ma part, j’ai 53 ans, je suis également passionné de radios et de musiques, j’ai fait mes premières armes sur des radios pirates, des radios libres, l’AFP Audio, il y a plus de 35 ans maintenant.

(source: Nicolas Goyet pour le Blog Shoutcast)

(Un grand MERCI à Nicolas pour cette interview que nous nous sommes permis d'intégrer à notre site web afin de là partager sans problème sur Facebook... )